Aide à domicile AAPPUI 04 76 18 06 32, 7 jours sur 7 et 24h sur 24
28 Jan

Projet BiVACS avec la Technopôle Alpes Santé à Domicile et Autonomie (TASDA)

Le lundi 28 janvier 2013 à 12 h 51 min | Pas de commentaire
Filed under: ACTUALITE,PERSONNES AGEES,PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

Le dernier comité de pilotage s’est tenu le mercredi 23 janvier dernier à la Maison de l’Autonomie. C’est Claude FAGES, Administrateur de l’association qui représentait AAPPUI auprès des partenaires.
Son expérience professionnelle avec le projet ENPATIC (Expérimentation Novatrice pour les Personnes Agées avec les nouvelles Technologies de Information et de la Communication) qu’il a porté au sein du CCAS de Grenoble, est une ressource précieuse pour participer à ses échanges qui devraient déboucher rapidement sur des applications concrètes.

A suivre…

16 Oct

COLLOQUE CAP HANDEO, Rencontre avec l’Institut du Mai, formation et nouvelles technologies pour une meilleure autonomie

Le mardi 16 octobre 2012 à 17 h 38 min | Pas de commentaire
Filed under: ACTUALITE,PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP,PROJETS

Lors du dernier colloque Cap Handéo à Paris, nous avons fait une rencontre « dynamique et chaleureuse » au travers de la directrice de l’Institut du Mai et de deux jeunes personnes en situation de handicap.

A Chinon, cette organisme, de formation et d’accompagnement des personnes en situation de handicap a su allier des moyens humains aux moyens matériels performants pour faciliter et développer une réelle AUTONOMIE et la réalisation d’un PROJET DE VIE, personnel et professionnel.

Dans leur globalité, les locaux de l’Institut du MAI ont été pensés avec une intégration de la domotique à tous les niveaux. Entre autre, un matériel de « contrôle d’environnement » permet la maîtrise des principales actions sur le lieu de vie : ouvrir ou fermer une fenêtre, une porte, des volets, allumer un chauffage, changer de chaîne, actionner un téléphone, utiliser un ordinateur… tout cela devient possible, quel que soit le handicap.

Des studios rattachés à  la structure collective et des appartements dans Chinon sont équipés pour s’adapter aux différents handicaps. Le mobilier, le matériel de transfert, d’hygiène et de toilette, … ont été spécialement conçus pour favoriser l’indépendance dans tous les gestes du quotidien.

Une démarche qui nous a séduit et qui conduira assurément dans les prochains mois à un partenariat avec l’Institut du Mai pour orienter et développer nos actions en ce sens.

A suivre…

3 Oct

AAPPUI au sein de l’innovation sociale et technologique

Le mercredi 3 octobre 2012 à 22 h 00 min | Pas de commentaire
Filed under: ACTUALITE,PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP,PROJETS

L’association AAPPUI participe avec la plateforme VIVIAL ESP38 au comité de pilotage du projet BiVACS en partenariat avec la Technopôle Alpes Santé à Domicile et Autonomie (TASDA). D’une manière générale, cette initiative s’inscrit dans une réflexion plus large et d’avenir :

Comment répondre aux besoins d’autonomie des personnes handicapées ou dépendantes en ALLIANT LES AIDES HUMAINES aux AIDES TECHNOLOGIQUES ? 

LES TECHNOLOGIES DE LA PREVENTION ET DE LA SECURITE notamment sont des technologies qui peuvent veiller de manière automatique à la sécurité de la personne à domicile ou en institution.
On y retrouve :
LA TELEASSISTANCE (elle sert également de lien social aux personnes isolées, qui se sentent
seules) mais elle évolue également vers la détection à distance de fumées ou de gaz dans le
logement ou le signalement d’une personne qui ne lève pas ses volets pendant plusieurs
jours,
LA TECHNOLOGIE DES CAPTEURS (repérant des comportements ou signaux anormaux provoquant
un appel au centre d’assistance). On observe différents types de capteurs :
 Les capteurs portés par les personnes,
 Les capteurs installés dans l’environnement de la personne.

Dans cette catégorie figure également la vidéovigilance, technologie basée sur le principe de capteurs d’environnement qui déclenchent des images envoyées en simultané à un centre d’assistance dont le rôle est de définir le niveau d’urgence de la situation et d’appeler si nécessaire une personne ou les secours. Le balisage lumineux d’un cheminement au sein du logement : les capteurs déclenchent la lumière dès qu’ils repèrent
que la personne se lève de son lit par exemple…

LES TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DE LA TELEMEDECINE sont de plus en plus intégrées à des plateformes qui peuvent proposer un large éventail de services : des téléconsultations, par exemple, la mesure du suivi d’activité d’une personne ou la transmission de l’information à
un tiers grâce à un bracelet-montre.
LES TECHNOLOGIES DU LIEN SOCIAL relèvent de la communication entre une personne en situation de handicap, son entourage et son environnement professionnel, personnel, social,…:
– L’évolution rapide des moyens de communication permet désormais de les utiliser à cet usage, même pour les personnes qui n’en ont pas l’habitude (téléphones trés accessibles, adaptation de la téléphonie mobile…),
– Les outils Multimédia (logiciels de stimulation multisensorielle, olfactive,…) et d’une manière générale, les solutions (sur un ordinateur ou sur une télévision) permettant d’accéder simplement et de manière intuitive à des activités de la vie courante (consultation d’album photo, écoute de la musique, lecture du courrier, visionnage des vidéos…), ou encore de pratiquer des activités cérébrales (exercices de stimulation de la mémoire…),
– L’Internet et le web (bouquets d’offre de services accessibles depuis un ordinateur) entrent également dans cette catégorie mais demande un minimum de formation à leur utilisation.

AAPPUI de part ses relations privilégiées avec le secteur du handicap et ses différents partenaires est à l’écoute de ses évolutions technologiques. A disposition des laboratoires de recherche et des entreprises pour proposer à ses bénéficiaires en situation de handicap ou de dépendance, des expérimentations sur le terrain.

 

 

26 Août

AAPPUI à Paris pour participer au groupe de travail CAP HANDEO sur la tarification

Le dimanche 26 août 2012 à 14 h 26 min | Pas de commentaire
Filed under: PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP,PROJETS

Toujours soucieuse de faire évoluer la prise en charge du handicap, tant sur le plan qualitatif que financier, AAPPUI a décidé de participer au groupe de travail organisé par CAP HANDEO sur la tarification des services d’aide à domicile spécialisés dans la compensation du handicap.

Ce groupe de travail réunit mensuellement jusqu’en décembre 2012, une dizaine de structures de toute la France qui, fortes de leur propre situation de financement départemental, de leurs expériences, vont échanger sur les conditions de tarification des structures, dans le cadre de la Prestation de Compensation du Handicap (PCH).

Ces travaux permettront certes, de faire un état des lieux de l’existant, d’un territoire à l’autre, mais également de faire état des éléments spécifiques et essentiels qu’il serait nécessaire de prendre en considération dans l’établissement du tarif PCH, notamment en lien avec le cahier des charges spécifiques du label Cap’Handéo qui répond à des exigences de critères de qualité trés précis.

Parmi ces éléments, figurent notamment un besoin accru de formation des personnels de terrain et d’encadrement et de concertation et de coordination avec les acteurs médico-sociaux partenaires (assistantes sociales, infirmiers, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, psychologues…).

AAPPUI témoignera dans ce groupe de travail du partenariat existant entre l’association et le Conseil Général de l’Isère qui, dans sa tarification PCH a été à l’écoute de tous ces arguments qui conduisent à une meilleure qualité des aides.

Même si nous sommes tout à fait conscient de notre perfectibilité, nous travaillons sans cesse, en nous remettant en question, en nous fixant de nouveaux objectifs,  à l’amélioration de notre service qui doit également permettre la concrétisation des projets de vie de nos bénéficiaires.

Un travail collectif exigeant, tant pour les intervenants au domicile que pour l’équipe administrative que nous nous efforçons de mener quotidiennement au service des personnes en situation de handicap auprès de qui nous intervenons, mais également des familles et partenaires médico-sociaux.

 

 

 

AAPPUI participe au groupe de travail « habitat partagé » du Schéma départemental de gérontologie et du handicap du Département de l’Isère

Le dimanche 26 août 2012 à 13 h 18 min | Pas de commentaire
Filed under: ACTUALITE,PERSONNES AGEES,PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP,PROJETS

Dans le cadre des projets Maisons Espoirs conduit notamment avec l’AFTC 38 (Association des Familles de Traumatisés Crâniens de l’Isère), notre association a beaucoup travaillé sur la notion d’habitat partagé qui s’est concrétisée à la Maison Dumas à Grenoble et l’appartement Les Australes à Sassenage.

Des projets de colocation de 4 personnes victimes de traumatismes crâniens qui, accompagnés quotidiennement par les auxiliaires d’AAPPUI, et soutenus par tout un réseau de partenaires médico sociaux et associatifs, mettent progressivement en place, dans leur domicile, leurs nouveaux projets de vie.

Parallèlement, AAPPUI, grâce à l’engagement particulièrement actif de Claude FAGES, administrateur de l’association, s’est investi auprès de l’association AMA DIEM pour réfléchir à l’accompagnement spécifique du projet de vie de jeunes personnes atteintes de maladies apparentées à l’Alzheimer.

C’est donc notamment au titre de ces 2 expériences et engagements associatifs qu’AAPPUI participera au groupe de travail sur « l’habitat partagé ». Un nouveau mode de vie qui offre une alternative à l’établissement.

Une nouvelle démarche d’ouverture sur l’innovation sociale à l’initiative du Conseil Général de l’Isère et de sa vice-présidente Gisèle Pérez.

18 Mar

Inauguration des Australes et présentation de l’appartement Espoir

Le dimanche 18 mars 2012 à 15 h 01 min | Pas de commentaire
Filed under: ACTUALITE,PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP,PROJETS

Frédérique Rolland, Gérard Poncet (Directeur et Président de la SDH), Christian Coigné (Maire de Sassenage), Gisèle Perez (Vice présidente du Conseil Général de l'Isère), Chantal Matray (Présidente de l'AFTC), Sandrine Chaix (Présidente d'AAPPUI)

Ce samedi 17 Mars a eu lieu l’inauguration de l’immeuble Les Australes à Sassenage. Un bâtiment de logements sociaux dans lequel est intégré le deuxième lieu de vie en colocation de personnes victimes d’un traumatisme crâniens.

La SDH, bailleur social a répondu favorablement au projet proposé par le Maire de Sassenage et l’AFTC d’intégrer un appartement entièrement adapté au handicap, à ce projet immobilier. Son intégration dans un quartier où l’on trouve plusieurs commerces, et un accès tramway à proximité, permettent une ouverture sur l’extérieur, et un accès à l’autonomie pour les colocataires.

Une réussite avec ce magnifique appartement trés lumineux doté d’une gigantesque terrasse qu’apprécieront sans nul doute, dans ces prochains jours de printemps, les colocataires.

Gérard et Laurence sont les premiers habitants à partager leur quotidien dans cet appartement, accompagnés par les auxiliaires de vie d’AAPPUI. Deux autres colocataires les rejoindront dans les prochaines semaines.

Après « Espoir 1 à la Maison Dumas à Grenoble », et « Espoir 2 aux Australes à Sassenage », un autre lieu de vie « Espoir 3 à Bouchayer Viallet » devrait voir le jour l’année prochaine à Grenoble accueillant également 4 personnes handicapées.

Mme Pérez, Mme Matray avec un des colocataires

Daniel Caporale (AFTC), Cécile Perritaz-Marceaux, Emmanuelle Tachker-Perli, Sandrine Chaix (AAPPUI), Gisèle Perez (Conseil Général), Chantal Matray (AFTC)

AAPPUI reçoit le certificat de labellisation Cap’Handeo

Le dimanche 18 mars 2012 à 14 h 23 min | Pas de commentaire
Filed under: ACTUALITE,PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

C’est à Paris le 6 mars dernier, que l’association AAPPUI a reçu officiellement le certificat de labellisation Cap’Handeo.

1ère structure d’aide à domicile labellisée en région rhône alpes, AAPPUI a rejoint le club des labellisés réunissant à ce jour 50 structures privées ou associatives spécialisées dans l’accompagnement à domicile des personnes atteintes de handicap.

Des rencontres et échanges trés interessants qui ont permis de confronter et promouvoir des pratiques, comparer des expériences, évoquer de nouvelles exigences de qualité, de nouveaux objectifs et projets.

Parmi les sujets évoqués, celui de la tarification des prestations de services de la PCH accordée par les départements, et l’occasion de mesurer la différence d’engagement d’un département à un autre. Le Département de l’Isère ayant été particulièrement à l’écoute des spécificités nécessaires à l’accompagnement des personnes atteintes de handicap, notamment en matière de formation, de temps de coordination, de continuité de service…

Ce sont d’ailleurs les autres sujets qui ont été abordés avec la nécessité de proposer une offre d’accompagnement adaptée au handicap.

La formation étant un domaine d’action indispensable à la qualité des prestations offertes aux bénéficiaires, mais également à la protection et la reconnaissance professionnelle des salariés. C’est d’ailleurs sur le plan de la formation spécifique qu’AAPPUI a particulièrement travaillé ces dernières années en multipliant les partenariats avec les intervenants, services ou associations spécialisées (Centre Ressource des Lésés Cérébraux, Association des Paralysés de France, Association Française de Myopathie…). La présence, au sein de l’association, d’un psychologue fiancé par le Conseil Général de l’Isère étant un soutien primordiale, tant pour les aidants familiaux, que pour le personnel intervenant.

Ce travail de formation doit nécessairement être  poursuivi et développé auprès de nouveaux partenaires afin d’apporter une réponse « sur mesure », en fonction des différents handicaps ou pathologies, aux projets de vie souhaités par les bénéficiaires.

Les accompagnements réalisés par les intervenants et auxiliaires d’AAPPUI se font dans le cadre de plan d’aide et de prise en charge bien définis (PCH, assurances…), qui s’appuient sur ce que l’on appelle la grille GEVA, grille d’évaluation des besoins de compensation de la personne handicapée. Cette grille est également un sujet sur lequel AAPPUI souhaite, grâce à son expérience, apporter une réflexion particulière. En effet, certains handicaps engendrent des troubles que l’on appelle « invisibles ». Ces handicaps « invisibles » ne sont pas toujours pris en compte à leur juste niveau dans l’évaluation des plan d’aide via la grille GEVA. AAPPUI a donc sollicité Cap Handéo et ses partenaires afin qu’un travail soit réalisé sur ce sujet, notamment auprès des pouvoirs publics.

Des sujets sur lesquels l’association AAPPUI ne manquera pas de réfléchir et de réagir.

18 Fév

Isère magazine présente la Maison Dumas Espoir 1

Le samedi 18 février 2012 à 15 h 31 min | Pas de commentaire
Filed under: PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP,REVUE DE PRESSE,TEMOIGNAGES

article paru dans Isere magazine février 2012

8 Fév

Humour triste : le film intouchables non accessible aux personnes à mobilité réduite !

Le mercredi 8 février 2012 à 11 h 11 min | Pas de commentaire
Filed under: ACTUALITE,PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP,TEMOIGNAGES

photo transmise par Mélissa

Association AMA DIEM : Présentation par Claude FAGES, Administrateur AAPPUI

Le mercredi 8 février 2012 à 9 h 43 min | Pas de commentaire
Filed under: ACTUALITE,PERSONNES AGEES,PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP,PROJETS,TEMOIGNAGES

Administrateur d’AAPPUI depuis début 2011, j’ai été chargé par Sandrine CHAIX et Emmanuelle TACHKER de prendre contact avec l’Association AMA DIEM qui venait de se créer.

En effet l’expérience des « Maisons Espoir » dans laquelle AAPPUI a un rôle prépondérant paraissait être  reproductible et offrir une réponse aux questions que se posait le Conseil d’Administration d’AMA DIEM.

C’est donc grâce à AAPPUI que j’ai fait connaissance avec le « team » AMA DIEM… et j’ai été séduit par Blandine, la malade par qui tout arrive et par qui tout est possible, son conjoint extraordinaire et toute une bande d’amis qui les entourent.

Sans trahir AAPPUI dont je reste un fidèle soutien, je suis devenu administrateur de cette Association AMA DIEM que je vais présenter.

 

La maladie d’Alzheimer et les maladies apparentées sont connues pour affecter des personnes âgées. Cependant, il existe des formes rares, parfois génétiques, se déclarant avant 60 ans. (8000 en France, 1800 en Rhône-Alpes en 2009)

Le projet AMA Diem prend donc  naissance au sein d’une  famille iséroise, touchée : celle de Blandine 38 ans, diagnostiquée il y a deux ans.

Devant l’incertitude de l’avenir et le constat que les personnes atteintes plus jeunes ont des problématiques spécifiques et différentes des malades plus âgés, Blandine et ses proches ont décidé d’agir afin que de cette nouvelle difficulté de vie puisse sortir un bien pour la famille et pour la société. En se regroupant avec des amis et des familles sensibilisées, l’association AMA Diem est née  début 2011.

Présentation d l’Association AMA DIEM

 

AMA Diem signifie «Aime le jour !».

Les valeurs centrales en sont l’empathie, le respect, la dignité.

Le jour c’est  la vie, la lumière, la jeunesse.

L’emploi de l’impératif suggère un élan, une dynamique, une volonté.

AMA Diem fait  écho à « Carpe Diem » qui reflète bien la philosophie qui  anime le projet

«Profiter de la vie, ici et maintenant».

 

AMA Diem est une association loi 1901,
domiciliée au 85, rue de l’éperon,
38920 Crolles, France.

Ses objectifs sont :

  • Rassembler les familles et les personnes malades concernées par cette  maladie  ou  maladies apparentées
  • Accompagner et soutenir les familles et les personnes malades, pour qu’ensemble elles puissent définir et mettre en place des solutions adaptées à leurs besoins, en fonction des différentes phases des maladies,
  • Promouvoir une approche humaine d’accompagnement, privilégiant la relation, l’écoute, le respect de la personne, et la vie ensemble. Par là, promouvoir une société plus juste faisant un meilleur accueil à la fragilité et à la dépendance,
  • Promouvoir la création de dispositifs d’accompagnement  et  maisons  d’accueil innovantes, dédiées à ces jeunes personnes  malades en répondant à leurs besoins spécifiques.

Ses valeurs :

Le projet AMA Diem est avant tout un projet  de vie fraternelle, mêlant personnes malades, familles, amis, bénévoles, et instituant  la relation avec la personne malade comme objectif premier.

 

  • AMA Diem contribue à maintenir un regard de dignité sur la personne malade:

–       en pleine reconnaissance de ce qu’elle a été, et de ce qu’elle est maintenant

–       en mettant l’accent sur ses possibilités plus que sur ses limitations

–       en gardant sa place dans la société

–       en accueillant sa spiritualité, ainsi que celle de l’accompagnant et des familles, quelle que soit leur confession.

  • AMA Diem contribue à changer le regard de la société sur la maladie d’Alzheimer :

–       en montrant que c’est une maladie qui affecte tout âge, et qu’une vie belle peut continuer.

–       en proposant une expérience appelant à sortir du regard négatif misérabiliste sur cette maladie.

–       en mettant au centre de la relation et des projets, le désir de la personne malade et, tant que c’est possible, l’écoute et la prise en compte de sa parole.

–       en rappelant à tous que, derrière le malade, le «dément», il y a avant tout une personne avec une histoire, des volontés, des émotions…une personne à part entière : caractère inaliénable de la dignité !

  • AMA Diem veut  contribuer à la création d’une société plus juste et fraternelle  :

–       En déconstruisant les clivages (malades/bien-portants, soignants/soignés, professionnels/ bénévoles), toujours sources d’exclusion. La personne malade, comme toute personne en situation de handicap, ne recherche pas la charité mais l’intégration.

–       En participant à la juste prise en compte de la fragilité dans notre société : l’être humain est « être de relation » ; la reconnaissance mutuelle des  fragilités est une condition indispensable à l’établissement d’une relation vraie et d’un véritable « vivre ensemble ».

Son projet :

Mettre  en  place un accompagnement dans la durée, d’une personne malade jeune et de son entourage à l’aide d’un dispositif global sans rupture entre le domicile et la Maison d’accueil

*  En mobilisant des aides humaines pour accompagner les personnes malades  à domicile avec des intervenants qui œuvrent à la fois au domicile et dans la maison AMA Diem, pour faire le lien aisément entre les deux sites.

*  En proposant  un accueil pendant la journée

*   En proposant des accueils pour des périodes plus ou moins longues

*  En proposant un accueil permanent:
. Dans un premier temps dans une maison où il fait bon vivre     peu médicalisée, pour des personnes actives, ayant envie de bouger, …

. Dans un second temps dans une maison plus médicalisée, pour les personnes peu ou pas mobiles, ou ayant besoin d’un rythme de vie plus calme.

Ces deux maisons permettent un accompagnement jusqu’à la fin de la vie, en proposant des solutions adaptées aux différentes phases de la maladie.

Voilà ! Tel est le projet qui est défendu par l’Association AMA DIEM.

Cette Association a le vent en poupe (plus de 400 adhérents)

Elle a  le soutien de  Mme MAUCHAMP, secrétaire d’Etat auprès de Mme BACHELOT, de l’ARS, des Conseils généraux de l’Isère et de Savoie, elle est en relation avec de nombreuses associations (dont AAPPUI donc !) et  notamment avec l’Association CARPE DIEM, association québécoise CARPE DIEM dont la directrice et fondatrice Nicole POIRIER  et son équipe  animent depuis 20 ans, une « Maison » accueillant des personnes malades du même type, dans une approche complètement en phase avec le projet d’AMA DIEM.

Si tout  va bien, le « dispositif » AMA DIEM, dans toutes ses composantes sera opérationnel début 2015.

Si vous voulez en savoir plus je vous conseille une visite sur son site : http://www.amadiem.fr/

Vous pouvez aussi adhérer !!

A votre disposition

Claude FAGES

fagescl@wanadoo.fr

« Newer PostsOlder Posts »
Un blog Wordpress | Création Dysign
WP-Backgrounds by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann